Chafran un monde de passions
FLEURS
CHATS
HUMOUR
Fêtes spéciales
   

 

 

 

 

 

 

 

Bestioles au jardin , conseils de Chafran

Vous le savez , les maladies, les insectes nuisibles et certains petits mammifères viennent bien souvent à bout de notre patience et de nos ressources. Plutôt que de vous limiter à intervenir lorsqu'il y a un problème, il serait préférable de faire de la prévention en utilisant des méthodes de culture appropriées. En maintenant le sol et les plantes en bonne santé, votre jardin se défendra bien mieux contre tous ces envahisseurs.

Par ailleurs, peu de tolérance envers les animaux et les insectes qui fréquentent notre jardin permet d'aborder ces problèmes avec plus de calme et un meilleur jugement. Il faut toujours garder en tête que beaucoup de pesticides, qu'ils soient d'origine naturelle ou synthétique, ont une grande incidence sur notre environnement. Plusieurs de ces produits tuent non seulement l'insecte néfaste, mais également une foule d'autres insectes utiles comme les abeilles. Grande source de pollution et cause de plusieurs problèmes de santé chez les humains et les animaux, les pesticides doivent être utilisés en dernier recours.

Voici maintenant un tableau des principaux envahisseurs du jardin,ainsi que des pistes de solutions.

 

Le cerf de virginie

Pour éloigner les pucerons et les autres insectes des plantes du jardin, il suffit de vaporiser le mélange qui suit sur les feuilles des végétaux à protéger:

25 mL (5 c.à thé) de mélasse
10 mL (2 c.à thé) de savon à vaisselle
1 1/2 litre (6 tasses) d'eau chaude

Laisser refroidir ce mélange avant de vaporiser.

Page principale
Contact

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cerf de virginie

Lorsque les cerfs de Virginie, aussi appelés chevreuils, envahissent votre jardin et y bouffent les plantes, le moyen le plus efficace de les tenir à l'écart est d'entourer votre terrain d'une haute clôture. Les cerfs ne sautent habituellement pas par dessus un écran opaque qui fait plus de 1,80 mètre de hauteur. Toutefois, si ces animaux peuvent voir à travers votre clôture, elle doit alors absolument atteindre une hauteur de 2,50 mètres. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire d'utiliser des matériaux rigides; un simple filet de nylon bien ancré au sol et maintenu à la verticale par de solides piquets fait l'affaire. Si la perspective de devoir clôturer votre terrain vous déplaît, vous pouvez songer à vaporiser du Ro-Pel sur les plantes attaquées.

Les chats

C'est bien connu, les chats se servent du sol nu des plates-bandes comme litière. Afin de bien leur faire comprendre qu'ils ne sont pas les bienvenus dans vos plantations, vous pouvez placer une moustiquaire ou un grillage à poules recouvert d’une fine couche de paillis de cèdre sur le sol entre les plantes.

Les écureuils

Les écureuils s'intéressent habituellement aux bulbes. Pour les en éloigner, il suffit de tremper les bulbes dans du Ro-pel avant de les planter. Ce produit n'est pas toxique pour les plantes et ni pour les animaux, mais il a un goût exécrable qui dissuadera tout écureuil de grignoter les bulbes ainsi traités. Ce produit peut également être appliqué sur toute autre plante appréciée des écureuils. Vous pouvez finalement planter des bulbes qui ne sont pas appréciés par ces animaux, tels les narcisses et les fritillaires.

Le criocère du lys

Le criocère adulte est un coléoptère de couleur rouge-orange qui mesure environ 8 mm de longueur. La larve, qui possède un corps jaune et une tête noire, est un peu plus longue que l'adulte. Bien que les adultes causent certains dommages, les larves sont plus voraces et peuvent parfois défolier complètement plusieurs espèces et cultivars de lis et de fritillaires . Les larves dévorent rapidement le feuillage en commençant par l'extrémité et se rendent ainsi jusqu'au pétiole. Dès la mi-mai il faut vérifier l'état des lis quelques fois par semaine. Aussitôt qu'on aperçoit des criocères, on peut d'abord les éliminer manuellement. Puisque les criocères adultes qui sont dérangés se laissent habituellement tomber au sol, il faut effectuer leur cueillette avec calme et précision. L'emploi d'un aspirateur peut être une excellente solution pour capturer un maximum de criocères en peu de temps. Il ne faut pas oublier les larves qui se dissimulent souvent sous leurs excréments qui sont brun-noirâtre et généralement disposés au revers des feuilles. On peut ensuite asperger le feuillage des lis avec un insecticide d'origine naturelle à base de pyréthrine, comme le Trounce, à une ou deux reprises. Pour détecter la présence des criocères plus rapidement au printemps, il est conseillé de planter des fritillaires au jardin. Ces plantes bulbeuses, qui doivent être plantées à l'automne, attirent les criocères quelques semaines avant la sortie des lys.

Le perce-oreilles

Les perce-oreilles sont probablement les plus détestés de tous les insectes. Le perce-oreille européen, l'espèce la plus commune des provinces de l'Atlantique, vit à l'intérieur comme à l'extérieur du logis. Il est généralement amené dans les maisons par les humains, les vêtements, les légumes, les journaux, etc. De couleur rouille, il mesure 2 cm de long, possède des antennes et son abdomen est terminé par une paire de pinces cornées à l'allure formidable, bien qu'inoffensives pour les humains (celles du mâle sont recourbées et celles de la femelle sont droites). La femelle se sert de ses pinces pour protéger ses oeufs et elle-même contre les autres insectes. Même si les perce-oreilles ont des ailes, ils volent rarement.

Les perce-oreilles attendent l'obscurité pour partir en quête de nourriture et d'abri. Ils aiment les endroits sombres et humides, et se nourrissent de débris végétaux et animaux en décomposition. Ils s'attaquent aussi aux feuilles, aux pétales, aux fruits et aux légumes, auxquels ils causent des dommages qui ressemblent à ceux des limaces; pour savoir à quel ravageur vous avez affaire, recherchez la traînée visqueuse que les limaces laissent sur leur passage. Les perce-oreilles peuvent aussi endommager les légumes en pénétrant dans des trous déjà pratiqués par d'autres insectes et en les élargissant.

Les perce-oreilles peuvent être bénéfiques dans un jardin si vous les empêchez de s'attaquer aux légumes et aux fleurs et de s'introduire dans la maison. Il est préférable de ne pas tuer les perce-oreilles parce qu'ils s'attaquent à certains petits insectes nuisibles comme les pucerons.

CYCLE BIOLOGIQUE


Le cycle biologique du perce-oreilles compte trois stades : l'oeuf, la nymphe et l'adulte. Après avoir hiberné dans le sol, la femelle pond jusqu'à 60 oeufs au début de l'été dans la couche supérieure du sol. Après environ une semaine, les nymphes en émergent; la femelle s'occupe de ses oeufs et des nymphes durant deux semaines. Les nymphes ressemblent aux adultes, mais sont plus petites. En 70 jours, elles traverseront quatre stades de croissance avant de devenir adultes. Il peut y avoir deux pontes (au printemps et à l'été). Les perce-oreilles adultes sont surtout observables en juillet, en août et en septembre; s'ils vivent environ un an, la plupart des mâles meurent en hiver.

LUTTE

Méthodes de lutte physique

Si les perce-oreilles s'en prennent à vos plantes, vous pouvez adopter certaines mesures de lutte physique. Comme ils sortent surtout la nuit, assurez-vous de leur présence dans votre jardin au moyen d'une lampe de poche. Nettoyez les environs de votre domicile des feuilles mortes, des tas de bois de chauffage, des débris en décomposition et des autres milieux qui attirent les perce-oreilles.

Les pièges pour perce-oreilles sont faciles à construire et peu dispendieux. Bouchez une des extrémités d'un journal enroulé, d'un morceau de carton ondulé ou d'un tube de serviettes de papier rempli de pailles. Placez-les dans un coin du jardin où vous avez observé des perce-oreilles. Une fois que ceux-ci se sont glissés à l'intérieur, il leur est à peu près impossible d'en sortir. Du miel ou du beurre d'arachides peut aider à appâter ces pièges, sans être pour autant indispensable. Une autre forme de piégeage consiste à placer une assiette peu profonde ou une boîte de conserve dans un trou de manière à ce que leur sommet arrive au niveau du sol. Si vous utilisez une conserve, une boîte de thon ou de sardines où il reste de l'huile sera idéale. Le matin, faites la tournée de vos pièges et jetez tous les perce-oreilles capturés dans un seau d'eau savonneuse.

Pour empêcher les perce-oreilles de s'introduire chez vous, prenez le temps de secouer et d'examiner les objets que vous ramenez de l'extérieur, scellez les fissures et vérifiez les cadres de fenêtres et de portes. Faites aussi la tournée des cachettes humides, comme les fenêtres, les couvre-planchers et le dessous des éviers. Les étés chauds et secs favorisent la présence des perce-oreilles dans les résidences.

Méthodes de lutte chimique

Si les méthodes de lutte physique restent sans effet, ayez recours à un pesticide qui présente aussi peu de danger que possible pour vous et pour l'environnement. Il est plus facile de se débarrasser des perce-oreilles au stade larvaire. Des savons insecticides peuvent être efficaces, de même que des appâts, des poudres et des aérosols. Si les solutions ci-dessus n'apportent pas d'amélioration, renseignez-vous sur les autres pesticides commerciaux auprès d'un spécialiste d'un centre de jardinage.

Les limaces

Avec leur corps mou de couleur brun grisâtre, les limaces ressemblent à des escargots sans coquille. Bien qu'elles se nourrissent principalement de feuillage en décomposition, elles s'attaquent également aux plantes aux feuilles saines et tendres, comme les hostas et les ligulaires . Les limaces s'alimentent surtout durant la nuit, par temps humide, et laissent, le matin venu, une multitude de trous dans les feuilles. Afin de prévenir leur apparition, il faut s'assurer de ne laisser aucun débris dans le jardin sous lesquels elles peuvent se cacher durant le jour. Pour éviter les attaques des limaces, on peut confectionner une large barrière de matériaux irritants au pied de leurs plantes préférées. Les coquilles d'oeufs broyées, le sable blanc très riche en silice - comme celui qui est utilisé par les pisciniers -, la terre diatomée et les aiguilles de genévrier 'Mountbatten' figurent parmi les substances les plus irritantes pour les limaces. tous ces matériaux doivent toutefois être renouvelés après chaque pluie.

Les pucerons

 

Les pucerons sont l'ennemi des légumes, des plantes de grande culture, des arbrisseaux, des fleurs et des arbres d'agrément. Ils aiment bien se nourrir des matières suivantes : choux, pois, tomates, haricots, roses, fleurs ornementales, arbres et arbustes (bouleau, orme, frêne, érable, chêne et pin). Les plantes en santé peuvent tolérer le puceron en petit nombre, mais quand cet insecte y vit en grand nombre, il occasionne des dégâts aux plantes. Le puceron se sert de sa bouche en aiguillon pour pomper le suc riche en matières sucrées de la plante.

Le puceron est petit (moins de 1/10 de pouce ou 2 3/5 mm de longueur). Il a de longues antennes et est habituellement vert, mais peut aussi être jaune, rose, rouge, gris, noir ou brun. Il se sert de la paire de tubes courts qu'il a sur l'abdomen pour projeter un liquide quand il se sent menacé. La plupart des pucerons sont dépourvus d'ailes, mais quand la température ne leur convient pas ou qu'elles sont entassées, certaines espèces développent des ailes pour se déplacer ailleurs.

Lorsqu'une plante est attaquée par une grande population de pucerons, elle peut subir les dommages suivants : croissance réduite, feuilles flétries, branches desséchées, aiguilles rabougries, feuillage frisé, jauni ou descendant. Bon nombre de ces indésirables sucent le suc excédentaire des plantes et le rejette. Cette substance transparente, gluante et sucrée, appelée miellat, se trouve sur la partie inférieure de la plante-hôte et peut attirer d'autres ennemis des plantes, comme les fourmis. Le miellat excédentaire sert aussi d'hôte à un revêtement noir de suie inoffensif qui se développe souvent sur les excrétions du puceron. Certaines espèces de pucerons véhiculent des virus à la plante-hôte dont elles se nourrissent.

CYCLE BIOLOGIQUE


Le cycle biologique du puceron compte trois stades : l'oeuf, la nymphe et l'adulte. La population de pucerons pullule pour plusieurs raisons : le puceron a un taux de reproduction élevé, les femelles peuvent donner naissance à des nymphes sans accouplement et un grand pourcentage de la progéniture sont des femelles.

Les oeufs passent l'hiver sur la plante-hôte, et une nouvelle génération de femelle éclot au printemps. Dix jours après sa naissance, la femelle peut donner naissance par reproduction asexuée (sans accouplement) à une deuxième génération de femelles. Ce processus peut se poursuivre jusqu'à l'automne, lorsque des mâles ailés sont produits et s'accouplent avec les femelles qui restent. Les oeufs produits de cette union écloront le printemps suivant et un autre cycle recommencera.

LUTTE ANTIPARASITAIRE


Méthodes de lutte biologique


Plusieurs ennemis naturels vivent aux dépends du puceron : la coccinelle, la chrysope, le réduve, la larve du syrphe, la guêpe adulte, l'araignée et la mésange. C'est la coccinelle qui consomme le plus grand nombre de pucerons. La guêpe parasite constitue aussi un moyen efficace d'élimination des pucerons. Elle dépose un oeuf à l'intérieur du puceron. L'oeuf éclot et la larve mange le puceron pour ne laisser qu'un coquille vide. Les méthodes de lutte biologique sont seulement efficaces en présence d'ennemis naturels. Il est donc important de la attirer et de les protéger. La tanaisie vulgaire et le tagète peuvent servir à attirer les insectes qui se nourrissent du puceron.

Vous pouvez aussi acheter des coccinelles pour en accroître la population. Renseignez-vous auprès d'un représentant d'un centre de jardinage sur la méthode de commande et la disponibilité de cet insecte.

Méthodes de lutte physique


Il y a plusieurs méthodes de lutte physique qui existent pour se débarrasser du puceron. Une méthode consiste à vaporiser de l'eau sur la plante-hôte pour faire tomber les pucerons. Une fois que les pucerons seront tombés, ils auront de la difficulté à regagner leur plante-hôte et ils seront vulnérables aux attaques des prédateurs au sol. Vous pouvez aussi tailler les parties affectées des arbres afin d'enlever les pucerons et les oeufs pondus pour l'hiver. Essuyez ou ramassez à la main les pucerons afin d'en réduire la propagation.

Le puceron est attiré par la couleur jaune. Vous pouvez donc installer des pièges adhésifs jaunes que vous achetez ou fabriquez. Pour faire un piège, appliquez du pétrolatum sur une fiche jaune et placez la carte dans un endroit où vous avez remarqué des pucerons. Vous pouvez aussi remplir d'eau savonneuse des pièges à eau jaunes et les placer près de la plante-hôte. Le puceron sera attiré vers le piège, coulera et se noiera parce que la tension superficielle de l'eau sera réduite par le savon.

Vous pouvez aussi lutter contre le puceron en utilisant des feuilles d'aluminium comme du paillage. Placez l'aluminium au pied des petites plantes. La réflexion désoriente le puceron ailé et il a de la difficulté à se poser.

Si la plante est fortement infestée, vous devrez peut-être la détruire. Ainsi, vous réduirez le nombre de sites d'hibernation et donc la population future de pucerons. Vous pouvez aussi placer des minitunnels sur les plantes pour empêcher l'entrée de pucerons tout en laissant pénétrer la lumière, l'eau et l'air.

Méthodes de lutte chimique


Si les méthodes de lutte biologique et physique restent sans effet, ayez recours à un pesticide qui présent le moins d'effets néfastes possibles sur votre santé et l'environnement. Vous pouvez appliquer un savon insecticide sur les zones affectées des plantes afin de réduire les populations de pucerons. Vous pouvez aussi vaporiser du pyrèthre sur les plantes infectées. À l'automne, vous pouvez appliquer une huile pour traitement d'hiver qui tuera les oeufs d'hiver.

Le perceur de l'iris

Le perceur de l'iris adulte est un papillon nocturne de couleur brune, tandis que la larve, qui atteint environ 3 cm de longueur, est une espèce de ver blanc rosâtre qui possède une rangée de points noirs sur les côtés. Cet insecte s'attaque principalement aux iris des jardins ainsi qu'aux autres iris à rhizomes. Au printemps, lorsque les nouvelles pousses atteignent environ 15 cm de haut, les oeufs éclosent et les larves creusent des galeries dans les feuilles, les tiges et, par la suite, dans les rhizomes. Les tiges et les feuilles ainsi affaiblies jaunissent légèrement et tombent généralement au sol. En plus de causer ces dommages, le perceur de l'iris favorise la propagation de la bactérie Erwinia carotovora qui est responsable de la pourriture molle des rhizomes. En général, cette bactérie fait davantage de tort aux iris que le perceur. Afin d'éliminer les oeufs qui se préparent à hiverner, il est indispensable de couper le feuillage des iris en novembre et de le détruire. Il est aussi préférable de déterrer et de détruire les rhizomes endommagés par les larves. Comme aucun bactéricide n'est disponible dans les pépinères et le jardineries, on peut pulvériser un fongicide d'origine naturelle à base de soufre sur les rhizomes qui sont laissés en terre pour éviter la prolifération de pourriture molle.

Les vers blancs

Le ver blanc, qui est en fait la forme larvaire du hanneton commun, est un ennemi des pelouses très répandu, qui se distingue par un corps de 1 1/2 pouce (3 3/4 cm) de long, et trois paires de pattes très rapprochées de la tête. Au repos, il a tendance à se recroqueviller sur lui- même; on le trouve en général à la surface du sol. Au stade adulte (hanneton commun), il a un corps brillant de couleur rousse avec des pattes longues et munies de piquants, et mesure environ un pouce (2 1/2 cm) de longueur.

Le ver blanc se nourrit d'herbe, de racines, de cultures et de légumes. Il mange les tubercules de pommes de terre, mais préfèrent les racines fibreuses de l'herbe de gazon. L'adulte aime également les fleurs. Une pelouse attaquée par les vers blancs présente des taches de gazon mort, que risquent d'envahir les mauvaises herbes.

CYCLE BIOLOGIQUE


Le cycle biologique de la plupart des hannetons communs dure ordinairement trois ans, mais c'est au cours de la deuxième année qu'ils sont le plus dévastateurs. Le hanneton pond des oeufs dans le sol en juin. Les larves apparaissent environ deux semaines plus tard, et prennent des forces pendant les mois chauds d'été, puis passent l'hiver profondément enfouies sous terre. Au début de l'été suivant, elles remontent plus près de la surface du sol et recommencent à se nourrir. C'est alors qu'elles peuvent causer d'importants dégâts en raison de leur appétit vorace. Au cours du troisième été, après une courte période pendant laquelle elles se remettent à manger, les larves se métamorphosent en hannetons communs. Les adultes passent l'hiver enfouis dans le sol et pondent à leur tour des oeufs l'été suivant...Et ainsi recommence le cycle biologique. On peut apercevoir les hannetons communs voler lourdement autour des fenêtres ou des lumières pendant les nuits chaudes d'été.Lorsque les populations de hannetons sont importantes, on peut s'attendre à ce que les vers blancs causent d'importants dégâts aux cultures au cours des deux prochains étés.

LUTTE ANTIPARASITAIRE


Méthodes de lutte physique

Avoir une pelouse en bonne santé est encore la meilleure façon de se protéger contre le ver blanc. Une pelouse bien arrosée, fertilisée et aérée résistera mieux aux attaques de ce ver nuisible. Une bonne pousse des racines contribue également à la lutte contre le ver blanc, puisque les adultes préfèrent pondre leurs oeufs dans l'herbe mince. Si le gazon n'est pas encore posé ou si vous réensemencez, choisissez une herbe résistante, comme l'herbe endophyte, qui contient un champignon ayant la propriété d'éloigner le ver blanc. Les géraniums ont eux aussi la propriété d'éloigner le ver blanc, alors, pourquoi ne pas en planter dans votre jardin?

Voici un autre moyen efficace de lutter contre le ver blanc : couper des pommes de terre en gros morceaux, enfouissez-les dans les zones infestées pendant trois ou quatre jours, puis retirez- les. Vous constaterez que les vers blancs sont venus se loger sur les morceaux de pomme de terre pour les manger, et il vous suffira de les plonger dans de l'eau savonneuse.

Semez du trèfle ou les vers ont endommagés votre pelouse . Le trèfle éloigne les éloigne

Méthodes de lutte biologique

La mouffette, la taupe, la corneille et le carouge sont tous des ennemis naturels du ver blanc. En ratissant votre pelouse, vous livrez ce dernier à ses ennemis. Il existe également des nématodes utiles qui détruisent les vers blancs; vous pouvez acheter des produits contenant des nématodes dans les centres de jardinage.

Méthodes de lutte chimique

Si les méthodes de lutte physique et biologique restent sans effet, ayez recours à un pesticide qui présente aussi peu de danger que possible pour votre santé et l'environnement.